Les traditions du mariage Français

En France depuis des centaines d’années nous avons des traditions, et celles -ci sont encore plus présentes lorsque nous abordons le sujet du mariage.

Toutes ne datent pas des mêmes époques et n’auront pas les mêmes significations pour chacun d’entre nous. Il ne faut donc pas tout prendre à la lettre et laisser parler vos envies, vos besoins, et vos propres traditions !

Mais, nous allons voir ensembles quels sont ces différentes petites choses qui sont à nos yeux devenus si importantes !!

Dormir séparément (Loin des yeux …PRES du cœur)

Il est vrai que la tradition veut que les mariés dorment chacun de son côté la veille du mariage, et cela apporte une petite touche de magie.  Il y a là le plaisir de découvrir son/sa futur(e) mari(e) dans la tenue de leur vie, et aussi de marquer la fin de sa vie de célibataire pour démarrer une vraie vie de couple marié.

Certains diront que c’est simplement pour « marquer le coup », passer une dernière nuit seul(e), et être plus heureux encore de se retrouver le lendemain. Autant plus que dormir loin de vote âme-sœur cette nuit là peut vous permettre également de passer une soirée formidable accompagné de vos amis et/ou de votre famille.

Il ne faut pas voir cette nuit comme un éloignement, mais plutôt comme une opportunité de pouvoir prendre soin de soi et prendre du temps pour soi. Votre chéri(e) va désormais prendre une place importante dans votre quotidien et cette ultime soirée pourrait vous permettre de vous retrouver, de vous laissez aller, de faire des choses qui vous font plaisir à vous, et aussi de réaliser la beauté du chemin accompli et de la prochaine étape de votre vie.

« Tous ces arguments sont bien jolies mais moi je ne veux pas dormir séparément ! »

Pas de panique, cette tradition n’a plus beaucoup lieu aujourd’hui, sachant que déjà la plupart vivent déjà ensemble sous le même toit avant leur union et qui parfois même ont déjà des enfants. C’est pour cela que certains préfèrent ne pas l’appliquer : A quoi bon se séparer une nuit si vous dormez ensemble toutes les nuits ! En plus, cela est plus rassurant, il n’y a pas besoin de se rajouter du stress et de l’inquiétude supplémentaire avant le jour-J.

Les 4 clefs porte-bonheur

Cette tradition n’est pas tout à fait Française en premier lieu, elle est d’abord apparue en Angleterre au XIX ème siècle puis aux Etats-Unis. Ces objets sont considérés comme des porte-bonheur, pour éloigner la malchance et à se protéger des actes malveillants. Aujourd’hui beaucoup d’entre vous perpétuent cette tradition pour mette toutes les chances de leurs côtés lors de cette union.

Pour cela la mariée doit avoir en sa possession :

Un objet ancien, il est le plus facile à trouver mais attention il doit y avoir un lien fort entre la future épouse et sa famille. Son importance est telle que certaines choisissent de porter la robe de leur mère, un bijou, ou une broche…

L’objet emprunté, c’est qui va représenter la chance et le bonheur. Il est préférable de choisir un objet emprunté à une femme déjà mariée dont le mariage à bien fonctionné.

L’objet neuf lui symbolise la réussite et le succès après l’union. Il doit représenter la nouvelle vie des époux(ses). Il peut être représenté par un accessoire de la mariée : collier, chaussure, bijoux ou la robe … pourquoi pas !

Et l’objet bleu !  Il n’est pas le plus important, mais il n’est pas des moindres puisque c’est lui qui va incarner la fidélité et la pureté du couple ! Il est généralement accueilli sous forme de jarretière ou bien par une épingle, une broche ou une fleur.

La mariée est à gauche !

Cette tradition là est à la fois rigolote et étrange. En fait, à l’époque les hommes qui voulaient épouser leur belle devait les kidnapper (au sens propre du terme) et les couvrir d’un drap blanc.

La famille de la demoiselle avait la possibilité de se battre à coups d’épées et de refuser le mariage.

Puisque la plupart des personnes sont droitières, l’homme tenait donc dans son bras gauche sa future épouse et dans sa main droite son épée.

C’est une histoire qui remontre à plusieurs centaines d’années et peu de gens savent réellement pourquoi cette tradition est aujourd’hui presque naturelle et inconsciente. Mais maintenant vous savez !

Les anneaux éternels

Peut-il avoir une union sans alliance ? je ne crois pas… Quelque soit sa forme l’alliance à toujours plus ou moins existé. Mais alors d’où vient tradition ? main droite ou main gauche et surtout pourquoi ?

Il se trouve que ce sont nos amis les Égyptiens qui ont démarrés cette merveilleuse tradition qui au départ étaient des anneaux de chanvre ou de roseaux tressés. Ils voyaient dans ce cercle un symbole d’éternité et d’amour éternel. Il paraîtrait que c’est à l’annuaire gauche se trouverait la veine de l’Amour, celle qui relit directement au cœur.

Certains disent aussi que lors d’un mariage chrétien, le prêtre touche d’abord les trois premiers doigts de la main gauche en partant du pouce lors de sa prière « Au nom du père, du Fils et du Saint-Esprit ». Lorsqu’il arrive à l’annulaire, il place alors l’alliance au doigt des mariés.

Mais avant le XVII ème siècle les alliances étaient portaient à la main droite. D’ailleurs dans certains pays comme Russie, au Royaume-Uni, en Pologne ou en Allemagne, les anneaux sont toujours portés à la main droite.

Plus on est de fous, plus on RIZ

Ce rituel pose de nos jours de plus en plus de problème et pourtant…

Que ce soit d’un point de vue écologique et d’entretien, les mairies peu à peu nous empêches de perpétuer la tradition. De plus certains couples préfèrent recevoir de jolis pétales de roses ou bien encore de jolies petites bulles plutôt que ces quelques graines qui grattent tout au long de la journée.

Le riz est pourtant depuis bien longtemps gage de protection, de prospérité, de force et de fertilité en France et dans de nombreux pays du monde.

Le cortège

« OK tout le monde se marie et veut étaler son amour au grand jour, mais zut alors ! Ça suffit oui c’est bruit de klaxon ?! »

C’est vrai que le cortège fait parfois un peu de bruit mais il faut avouer que c’est un réel bonheur de voir les gens heureux. En revanche il est vrai que personne ou presque ne sait d’où vient son origine ! Et bien au moyen-âge la loi exigeait de faire part au village de son union de la manière la plus bruyante possible.

Attention cependant, car aujourd’hui en France le bruit du klaxon reste interdit s’il n’est pas pour prévenir d’un danger. Alors amusez-vous, mais soyez prudent !

C’est quoi une dragée ?

À l’origine, le mot dragée vient du grec, tragema, qui signifie bonbon ou friandise. C’est une friandise qui aux alentours du XVI ème siècle était servi en tant que dessert. Elle était composée d’une amande enrobée de sucre. Selon les croyances, l’amande servirait à formuler 5 vœux : le bonheur, l’abondance, la fertilité, l’accueil, et le partage. A l’époque, les dragées étaient donc offertes aux mariés. De nos jours nous offrons les dragées aux invitées en guise de remerciements lors mariages mais aussi des baptêmes.

Le lancer de bouquet

Le débat quant à la venue au monde de cette tradition n’est pas suffisamment documenté mais ce que nous pouvons avancer c’est … Qu’au moyen âge les femmes confectionnaient leur bouquet avec de la fleur d’oranger qui un symbole de pureté. Certains disent même que le bouquet serait lié à la jarretière de façon plus importante que nous le pensions. Le bouquet de la mariée serait le dérivé de la jarretière et ce dernier aurait vu le jour seulement qu’aux alentours du XVI ème ou XVI ème siècle.

Les premières traditions : ce n’était pas la mariée qui jetait son bouquet à ses invitées célibataires, mais plutôt les invités masculins qui devaient parait-il courir derrière la mariée pour s’en emparer. Aujourd’hui plusieurs dérivées existent quant à la manière d’offrir son bouquet, mais le but ultime reste tout de même que celui à qui il aura été attribué sera la prochaine personne à se marier.

La jarretière

Il faut savoir que ce petit accessoire est avant toutes choses un symbole de virginité de pureté et de fidélité, et cela qu’importe sa matière, sa taille et sa couleur.

Aujourd’hui cette tradition est perçue comme un jeu qui aide le jeunes marié(e)s à gagner un peu d’argent pour leur noce ou leur foyer. Mais auparavant, toujours au moyen-âge, posséder la jarretière de la mariée était synonyme de chance. Les jeunes hommes devaient tout au long de la réception essayer de la dérober. Si à la fin des festivités l’époux enlevé lui-même cette dernière cela signifiait que la jeune épouse était pure.

Le pot de chambre ou la soupe à l’oignon ??

Il y a pour cette tradition deux façons de la pratiquer ! Soit, vous êtes plutôt fort et téméraire, soit vous êtes plutôt prudent et sage. A chacun son histoire.

La première histoire raconte que cette tradition du pot de chambre est un rite passage de l’enfance vers l’âge adulte. C’est une pure tradition française née dans l’Aveyron. Constituer souvent des restes du buffet, il est souvent composé de chocolat, de banane et de champagne, dans un pot décoré de papier toilette.

Avant cette mixture était servi le lendemain matin aux époux, pour leur redonner de la force suite à la nuit de noce qu’ils venaient d’achever, après avoir cherché toute la nuit leur cachette secrète.

Pour la seconde histoire, la légende veut que ce breuvage ait été inventé par Louis XV une nuit où il avait pour seules provisions des oignons, du beurre et du champagne, qu’il cuisina ensemble, donnant naissance à ce plat délicieux. Cette tradition représente plutôt le nouveau statut des époux passant de célibataires à jeunes mariés

De nos jours, ceux qui perpétuent la tradition l’appel la soupe à l’oignon et la réalise plutôt le soir. Lorsque la fête est finie les époux partent se coucher dans leur endroit secret et leurs proches doivent les chercher afin de leur faire déguster cette merveilleuse soupe.

Porter la mariée

Plusieurs théories existent sur ce sujet, alors nous avons décidé de prendre celle qui est le plus romantique et la moins pittoresque !

Lors de l’époque Romaine les bonnes ondes étaient les principaux facteurs des traditions. Alors pour éviter malheur, malchance et humiliation, le marié portait sa femme pour faire ensemble le premier pas dans leur demeure et éviter que celle-ci ne trébuche dans sa robe !

Prestataires

Photographer : Christophe Boury *** Lieu : Château Flojague *** Wedding Planner : My Divine Weddings

Recommandé par Zankyou

Crédit photo : Christophe Boury / Adina Nogy